Sa plaidoirie en appel (le bilan)

   

     DÉCLARATION de ROLAND VEUILLET

lue devant la Cour d’Appel de Nîmes

(audience  du  29  septembre  2020).

  *    *    *

      «  C’est  un  Procès  Politique ! »

                             

« Tout  d’abord,  en  préambule,   j’observe  que,  comme  je  l’ai  fait  remarquer  tout  à l’heure  en  début  d’audience,  aucun  des  nombreux  policiers  présents  dans  cette salle  d’audience  ne  porte  son  RIO  (son  matricule d’identification).  Ce  qui  est  pourtant  obligatoire.   Et  je  constate  que  Madame  la  Présidente  n’a toujours   pas  exigé,  que  ces  policiers  se mettent  en  conformité  avec  la  Loi,   comme  je  l’ai  demandé.   Soit ! »

                               *    *    *

Mais   tout   de suite,   revenons  aux  questions  de fond  de ce Procès   :

Qu’est-ce  que  c’est  que  cette  affaire   qui  commence  par  une  perquisition  très  violente  chez  moi,  qui  se  poursuit  par  trois  arrestations  « grand  spectacle »  et  qui  se  termine  par  six  mois  de  prison,  parce  que  j’ai  été  repéré  avec  un  gilet jaune  sur  un  Rond-Point.

        …Gilet-Jaune   !

                         …Manifestation  sur  un  Rond-Point   !

                                            Nous  y  sommes,   voilà  le  fin  fond  de l’affaire   !!!

Car  ne nous  trompons  pas,  nous  sommes  en  plein  dans  le  cadre  d’un  PROCÈS POLITIQUE,    et  non  face  à  une  affaire  criminelle,   avec  comme  finalité,  le  Droit  de  manifester  que  le  Pouvoir  de  Monsieur  Macron veut  restreindre, voire  interdire.

Le  problème,  c’est  qu’en  France,   les  procès  politiques  ne  doivent  pas  exister,   puisque  « Nul  ne  doit  être  inquiété  pour  ses  opinions… ».  Et  donc,  d’une  certaine  manière,  les  tribunaux  sont  incompétents   pour  les aborder.

Notons  simplement  que  ce  vide  juridique  avait  été  comblé,  à  une  certaine  époque,  par  la  création d’une  justice  d’exception  appelée  « Section  Spéciale ».  Philippe  Pétain  avait  ainsi  résolu  le  problème. Emmanuel  MACRON  semble  s’inspirer  de  ce  modèle.

Cependant,  je  voudrais  revenir  sur  une  des  caractéristiques essentielles  de  ce  procès,  à  savoir  que  nous  sommes  en présence  d’une  véritable cabale  Politico-Judiciaire,  montée  de  toutes  pièces  par  le  Pouvoir politique.

Comme  nous  l’avons  vu  tout  à  l’heure,  les  faits  reprochés  sont  bidon. Comme  nous  l’avons  vu  également,   la  qualification  pénale  de  ceux-ci  est plus  que  fantaisiste.  Alors,  comment  comprendre  cette  mascarade,  sans  aborder  le  pourquoi  de  l’absence  d’impartialité  du  Parquet,  ainsi  que  le  pourquoi  d’un  conflit  d’intérêts  du Commissariat de Nîmes.

Tout  d’abord,  reprenons  la  chronologie  des  événements  :

Cette  affaire  commence  pour  moi  le  27  novembre  2019,  lorsque  je  rentre  à  mon  domicile,  et  que  je  constate  qu’il  a  été  vandalisé.  J’apprends  qu’il  s’agit  en  fait  d’une  perquisition  effectuée  en  mon  absence.   Ainsi,  six  policiers  de  la  B. A. C.  ont  débarqué  un  matin  à  l’aube,   et  ont  défoncé la  porte  et  les  murs  attenants, provoquant  des  dégâts  pour plus  de 20 000 Euros.   Mais  surtout,  cela  s’est  traduit  par  l’impossibilité  d’utiliser  le  logement  pendant  quatre  mois,   en  attendant  les  travaux  de  réparation.

INTERRUPTION  DE  LA  DÉCLARATION   POUR  PRÉSENTER  LES  PHOTOS  DE  CE  VANDALISME POLICIER,  CAUTIONNé  PAR  LA  JUSTICE.

                               *    *    *

La  volonté  de nuire  est  évidente,  car  que  sont  venus  chercher  chez  moi  ces  policiers  ?  Aucune  ordonnance  établie  par  un  magistrat  (c’est  pourtant  la  loi)   ne  l’indique  dans  le  dossier.   Donc,  ils  ne  viennent  rien  chercher,   mais  détruisent  tout,   et  mettent  un  très  grand  désordre  sur  leur  passage.   Ce  genre  de pratiques  porte  un  nom   : « Mesures d’intimidation »,  « Méthodes  de  Barbouzes ».

Cependant,   ces policiers prétendent,  dans  le  dossier  pénal  avoir  agit  sur  ordre  du  Substitut  BOTTERO. Pourtant  aucune  ordonnance  de  ce  magistrat  n’y  figure.  Ces  mêmes  policiers  prétendent  même  l’avoir  appelé  par  téléphone  à  6 heures  du  matin.  Mais  les  images  de  leurs  cameras – piétons,   qu’ils ont,  paraît-il,   actionnées,  ne  figurent  pas  non  plus  dans  le  dossier.

J’ai  ensuite  déposé  plainte  contre  cet  acte  de vandalisme caractérisé le  02  décembre  à  la  gendarmerie  de  Bernis.   Et  c’est  en  sortant  de celle-ci,  alors  que  je  marchais  tranquillement sur  un  trottoir  de  ce  village depuis  dix  minutes,  que  je  me suis  fait  littéralement  plaquer  contre  un  mur  par  une  voiture de  laquelle  sont  sortis  cinq  policiers  en  civil,  révolver à la  main.

Mesrine ?   Carlos ?  Ben Laden ?

Non !    

C’est Roland Veuillet  qui  est  arrêté  en  pleine  rue,  comme  s’il  était  un  dangereux  terroriste,  ou  un grand  gangster.

Ce n’est  pourtant  qu’un Gilet-Jaune,  de surcroît  syndicaliste,  armé  seulement  de livres,  de  tracts,  et  parfois  d’un  mégaphone.

De  cette  interpellation  grand  spectacle,  s’ensuit  une  arrestation,  et  un  amené  au  commissariat  de Nîmes  avec deux  autres  véhicules  en  escorte,  et  quatre  motards. Soit  en  tout  une  vingtaine de  policiers. Toute  cette  armada  circule  à  160  km/h  sur  la  route,  en  empruntant,  sans  vergogne,  la  voie  de gauche  de la  chaussée,  avec  sirènes  hurlantes,  et  gyrophares  actionnés.

Dans  ce lieu,   je  suis  gardé à vue,  et  libéré  au  bout de  cinq  heures.  C’est  le  fameux  jour,  où  le  brigadier  Villard  avait  bu  un  coup  de  trop,  peut-être même,  certainement  dix  coups  de  trop !

                               *    *    *

Rebelote,  le  10  décembre,   après  une  manifestation  sur  les  retraites,  vers  18  heures,  je  suis  appréhendé en  pleine  rue  par  une  cinquantaine  d’hommes  de la  B. A. C., et  par  leurs collègues  en  uniforme.

Là,  le  spectacle  est  encore  plus  grandiose  que  la  fois  précédente.  Toute  la  rue  Notre Dame  est  barrée  à la  circulation.  Visiblement,  cette  démonstration  de  force  est  à  destination  des  passants  nombreux  dans  le  centre-ville  à  cette  heure  de la  soirée.  Le  public  en  a  même  pour  son  argent. Tout  y  est. On  se  croirait  vraiment  dans  une  de  ces  mauvaises  séries  que  nous  diffusent  à  longueur  de journée  les  chaînes de  télévision.

Et  c’est à  peu près  dans les mêmes conditions  que  les   fois  précédentes  que  je  suis  conduit  au  Commissariat.   Mais  là,  on me garde à vue  48 heures,   à l’issue  desquelles  on me  conduit  au  Palais  de Justice  pour  une  Comparution  Immédiate.

La  procédure  est  expéditive :  lorsque  je  parle,  on  me  vire  de la salle.  Et  je  finis  en  mandat  de  dépôt  à  la  prison  de Nîmes,  pour  la  seule  raison,  indiquée  par  le  Procureur,  je  cite : « il  s’agit  d’empêcher  Monsieur  Veuillet  de  rejoindre le  mouvement de  protestation actuel,  contre  la  réforme  des  retraites » .

La  messe  est  dite. Elle  a  au  moins  le  mérite d’être  claire. Sauf  qu’il  s’agit là  d’un  délit  d’opinion,  qui  plus est,   prononcé par  un  magistrat.

C’est  ainsi  que  je  suis  incarcéré  le  12  décembre. Et comme  j’entame immédiatement  une  grève  de la  faim  et  de la  soif,   je  suis  libéré  dix  jours  plus  tard.  Mais  on  m’impose  un  contrôle  judiciaire  très  lourd,  avec  quatre jours  de  pointage  par  semaine  à  la  gendarmerie – que  je  respecte  scrupuleusement.  Par  contre  j’annonce  d’emblée  que  je  refuse  de me  soumettre  à  la  clause  conditionnelle qui  stipule  qu’il  m’est  interdit  de  manifester.  Et   je  l’ai  dit, dès  ma  sortie  de  prison  le  26  décembre,  sur  le  parvis  de  celle-ci : j’ai  donc  repris  ma  participation  à  toutes  les  manifestations  sur  les  retraites,  ainsi  que  toutes  les  occupations  des  Gilets-Jaunes  sur  les  ronds-points… de  décembre  à  mars.

Puis,  il y a eu le  confinement  jusqu’en  mai,  en  raison  de la  pandémie  COVID19.

Cependant, dès le 1er  mai,  j’ai d’abord rejoint le traditionnel rassemblement  internationaliste,  ainsi  que  toutes  les  actions  revendicatives  qui  ont  suivi,  notamment  l’occupation  des  ronds-points  avec  mes  amis  Gilets-Jaunes.

Bizarrement,  ce n’est seulement  que  le  31  mai,  soit  six  mois  après  la  comparution  immédiate,  que  je  suis  arrêté,  à  la  sortie  de l’autoroute  de  Courbessac.

Là,  l’opération  de police   est  édifiante  :

Tout  d’abord,  on  assiste  à  un  contrôle  d’identité  de  routine,  bon  enfant,  effectué  par  quatre  gendarmes qui  repartent,  mais  reviennent  avec  dix  de leurs  collègues.  Puis  arrivent  un,  deux,  puis  trois,  puis  dix  véhicules  de la  gendarmerie.  Enfin,  débarquent  en  nombre des  Gardes-Mobiles,  reconnaissables,  car  ils  sont  armés  de  pistolets  mitrailleurs,   de  fusils  d’assaut,  lance-grenades, et  LBD40.   On  comptera  jusqu’à  une  centaine  de militaires,  qui  se  rapproche progressivement  de nous Gilets-Jaunes,  puis   nous  encercle  complètement  dans  une  nasse.

C’est  moi  qu’ils viennent arrêter.

Non,  ça  ne  se passe pas  à  Bagdad,  à  Bamako,  ou  à  Damas.  Ça  se  passe  à Nîmes,  en  mai 2020   !

La  suite,  on  la connaît,  le Juge des libertés  (sic)  m’envoie  en  prison.   Je  suis ensuite jugé  le  02 juillet.  Jugement que  je  conteste  intégralement,  devant  la  Cour  d’Appel,  aujourd’hui.

                               *    *    *

J’ai  fait  ce  bref  rappel  historique,  car il  permet  de comprendre  le  contexte  créé  par  le  Parquet,  et  le  Commissariat  de police,  pour  « monter   une  affaire »  artificiellement,  à  partir  de  rien,  comme je l’ai  démontré  tout à l’heure dans la  première  partie  de ce procès.

Cet  historique  permet  surtout  de mettre  en  évidence  l’impartialité  du Parquet lorsqu’il  confie  le  dossier  au  Commissariat  de  Nîmes.

En  effet,  tous  deux,  sont  juge  et  partie  :  C’est  pour  cela qu’a  été  demandé  le  dessaisissement  de  ce  Commissariat,  ainsi  que  le dépaysement  du  procès.  Afin  que  le  Prévenu  soit  jugé  par  des gens  plus neutres,  par des gens  n’ayant pas  de contentieux  avec  lui.

Or  quel  est  ce  contentieux ?

Tout  d’abord,  signalons  que  deux  des policiers  plaignants,  Messieurs Yann Desbands  et  Eric  Bouzanquet,  ainsi  que  la  Commissaire Géraldine  Palpacuer,  sont  des  personnes  avec  lesquelles,  il  y a  eu  énormément  d’accrochages  dans  des  situations  de conflits  sociaux,  autres  que  le  mouvement  des Gilets-Jaunes.

Ainsi,  cette  Commissaire  qui  supervise  la  construction  de mon  dossier pénal  est  celle  qui  dirigeait  les  opérations  de maintien  de l’ordre le  20 novembre 2019.  Bref,  le Procureur  Eric  Maurel  lui  demande  d’enquêter  sur  ce  qu’elle a  fait  elle-même.

C’est  un  peu  surprenant,  comme  méthode  d’investigation !

Soit !  C’est  elle  qui  écrit  par  exemple  que :  « Monsieur  Veuillet  est très  connu  des  services de police »… « il  est  même  enregistré  au  fichier  Gaspard ».  Mais,  elle  se garde  bien  de  préciser  que  s’il  est  connu  de la  police,  et  fiché,  c’est  en  raison  de  ses  convictions  idéologiques,  et   de son  engagement  militant.   Cette  omission  laisse  entendre  surtout  qu’il  s’agirait  avant  tout  d’un grand  délinquant.

Et  tout  le  dossier  est  composé  ainsi.

Poursuivons  donc :

Les  policiers  Desbands et  Bouzanquet  sont  systématiquement  requis  pour  les  opérations  de maintien  de l’ordre,  et  se  distinguent  tous  deux par  un  zèle  effréné  pour  casser  du  manifestant.

C’est  ainsi  qu’à  plusieurs  reprises,  lors  du mouvement lycéen  de 2018,  j’ai  eu  à  subir  leurs  violences  lorsqu’ils  étaient  casqués,   armés  de matraques,  et  de boucliers.  Cela  s’est  produit  de  nombreuses  fois : devant  les  lycées  Darbout,  Camargue,  Duhoda, Daudet ou  Montaury.

Devant  le  lycée  Montaury,  par  exemple,  le  policier  Bouzanquet  m’a  violemment  projeté  à terre  en  me  blessant  gravement  à  la  main.  J’en  ai  encore  la  cicatrice. Et  lorsque  je me  suis  adressé  à  la  Commissaire  Palpacuer  qui  commandait  le  groupe  ce  jour-là,  elle  m’a  répondu  avec  mépris :  « Vous  n’avez  qu’à  pas  être  là ».  Or  j’étais  mandaté  par  l’intersyndicale  de l’Éducation  Nationale  pour  justement  être  observateur.  Et,  ma  présence à  ce  titre  était  sans  ambiguïté  puisque  je  portais  un  énorme  badge  syndical  mentionnant  ma  qualité    :  « Observateur ». Mais  le  syndicalisme  et  Madame  Palpacuer  sont  deux  choses  inconciliables.   Elle  le  montre  constamment,  et  ostensiblement.

Autre  exemple,  toujours  dans le  contexte  du  mouvement  lycéen  de 2018,  toujours  dans  le  cadre du  mandat  syndical  qui  m’avait  été  confié  par  les  organisations  syndicales :  elle  me  fait  arrêter  devant  un  établissement  scolaire,  et  conduire  à l’Hôtel  de Police  pour  une  garde à vue  de 12  heures.

Ainsi,  cette gradée  du  ministère  de l’Intérieur,  en  toute  illégalité,  a  agi  selon  ses  convictions  antisyndicales,  et  elle  l’a  fait  en  profitant  de l’autorité  que lui  confère  sa  fonction.

En  effet,  il  s’agit  là,  ni  plus  ni  moins  que  d’une  entrave  à l’exercice  du Droit  syndical,  d’un  abus  de pouvoir,  d’un  enlèvement,  et   d’une  séquestration.  Autant  de  délits  et  de crimes  passibles  de plusieurs  années  de prison.

J’ai  porté  plainte,  j’ai  rédigé  un  rapport  détaillé  à  sa  hiérarchie. Le  tout  est  resté  sans  suite.  Mais  autant  dire  que  cette  dame  se  souvient  de  cet  incident  dont  elle  est  sortie  tout  de même  très  affaiblie,  et… très  revancharde.

Remarquons  au  passage  que  le Procureur  Maurel, lui  qui  se  montre  très  inflexible  à  l’encontre  des  Gilets-Jaunes,  est  dans  le  cas  signalé,  plus  que  laxiste.

Toujours  par  rapport  à  Madame  Palpacuer,  je  tiens  à  citer  un  autre  événement  grave :  le  12  février  2019,  je  suis  visé  et  gravement  blessé  par  un tir  de  LBD40  devant  les  Arènes.  Le  policier  qui  m’a mis  dans  sa  ligne  de  mire  était  à  moins  de dix  mètres  de moi. Le  geste  était  intentionnel et  aurait  pu  me  tuer.   C’est  d’autant  plus  grave que  ce  tir  n’avait  rien  de défensif,  puisque  je  me  trouvais,  à  ce  moment-là,   au  milieu  de l’Esplanade,  et  très  loin  des  forces  de l’ordre.   Cela  s’est  produit  à  un  moment  où  tout  était  calme.  Ce  policier  donc,  caché  derrière  les  grilles  de  l’amphithéâtre,  a  agi de  façon  criminelle.

Et comme c’est  Madame  Palpacuer  qui  commandait  ce  groupe  de  tireurs  posté  à  l’intérieur  du  monument  romain,  elle  sait  donc  pertinemment quel  est  l’auteur  de  ce  crime,  car  c’est  elle  qui a  placé  ses  subordonnés  aux  différents  points  stratégiques.

Lorsque  j’ai  porté  plainte,  cette  dame  a  omis  de  transmettre  les  informations  qu’elle  détenait  au  Procureur  Maurel.  Et  lui  en  a  profité  pour  classer  l’affaire  sans  suite,  sans  se  donner  la  peine  de  faire  la  moindre  enquête,  alors  que  tous  les  collègues  de  ce  policier  tueur,  savent.

Et  si  j’évoque  l’attitude  du Procureur  Eric  Maurel,  c’est  parce  que  je  la  trouve  scandaleuse  dans  une  telle  affaire  criminelle.  Mais  je  tiens  à  souligner  son  comportement  équivoque,  car  ayant  été  saisi  de  cette  tentative  d’assassinat,  commise  contre  moi,  et  sachant  que  Madame  Palpacuer  y  est  complètement  impliquée,  c’est  elle  qu’il  a chargée  d’instruire  mon  dossier  pénal,  dans  la  présente  affaire.

Mais  c’est  l’habitude  au  Procureur  Maurel   :   classer  sans  suite  toutes  les  plaintes,  dès  lors  qu’elles  mettent  en  cause  des  policiers.

                               *    *    *

Je  vais  citer  ici,  maintenant,  un  autre  exemple  encore : c’est  celui  de l’incendie  de l’Hôtel  des Impôts  à  Nîmes,  le  1er janvier  2019.   Cet  événement  criminel  a  été  attribué au  Mouvement  des  Gilets-Jaunes  et  plusieurs  d’entre eux  ont  été  condamnés  à  la  prison. 

Pourtant,  cet  incendie  est  une  provocation  policière,  certainement  commanditée  dans  les  plus  hautes  sphères  de la  Préfecture,  puisque  le  chargé  de  cette mission  est  un  brillant  policier,  à  qui  le  Préfet  Lauga  confie  habituellement  les  opérations les  plus  délicates.

J’y  étais,  j’ai  tout  vu.  J’ai  apporté  un  témoignage  très  précis  au  Procureur  Eric  Maurel,  pour  lui  dire  que  ce  soir-là,  j’ai  vu  à plusieurs  reprises  le  Commissaire  Emmanuel  Dumas  (l’excellent  policier dont  je viens  de parler). Je  l’ai  vu  parler  avec  les  gens  qui  ont  mis  le  feu  à  ce  bâtiment  public.  Or  ces  gens-là  n’étaient  pas  des  Gilets-Jaunes,  et  étaient  inconnus  de notre  mouvement.  Par  contre,  le  Commissaire  Dumas  les  connaissait  visiblement  très  bien.  Ils  ont disparu,  sans  être le moins  du monde inquiétés.

Là  encore,  bizarrement, le  Procureur  Maurel  a  classé  sans  suite  mon  témoignage.  Et cerise  sur  le gâteau :  à  qui a-t-il  confié  l’enquête  sur  cet incendie ? Devinez ! Au  Commissaire  Emmanuel  Dumas.

C’est  à  dire,  que  comme  dans  l’affaire  précédente, le  Procureur  Maurel confie  l’enquête pénale  à  quelqu’un  directement  impliqué dans  les  investigations  qu’il  a  à conduire.  Autant  dire  que  tous  ces  enquêteurs   ne  vont  jamais  mentionner  leurs  agissements  ambigus,  ni  même  leurs  fautes.

Néanmoins,   à la  demande  du  Parquet,  comme  dans  la  présente  affaire,  il  y a eu  un  procès  expéditif,  sur  la  base   d’une  enquête  plus  que  douteuse,  et  des  Gilets-Jaunes  ont  été  condamnés  à  la  place  des  indics  du  Commissaire  Dumas.

Enquête  bâclée,  surtout,   tout  comme  celle  qui  nous  concerne  aujourd’hui,  pour  laquelle   le  Procureur  Eric  Maurel  retient  uniquement  toutes les  plaintes  des  policiers  contre  moi,  mais  il  classe  sans  suite  les  miennes   :   c’est  ainsi  qu’il  fait  mettre  sous  scellé  des  images  vidéo prises  par les  policiers,  très sélectives,  et  très  sujettes  à  caution. Mais  il refuse  de  saisir toutes  celles  prises  par  les  caméras de  surveillance  de la  ville  qui  auraient  quant à elles  le  mérite de  montrer  l’intégralité des  événements.

Bref, le  Procureur  Maurel  sélectionne  les  informations  qui  lui  conviennent  pour monter un  dossier  à  charge,  mais  il  écarte  tout  ce  qui  est  à  décharge.   Le  Procureur  Maurel  agit   donc  selon  ses  convictions  politiques,  et  non  selon  le Droit.

Il  entre  tout à fait  dans  la caricature  d’un  Ministère  Public,  véritable  « Courroie  de transmission »  du  Pouvoir  en  place.  Caricature  dénoncée  par  des  Magistrats  représentatifs,  comme  Katia  Dubreuil  du  Syndicat  de la  Magistrature,  de  Céline  Parisot  de l’Union  Syndicale  des Magistrats,  ou  de  François  Molins,  Président  de la  Cour  de Cassation  (articles  parus  dans  le  journal  « Le Monde »).

Oui,  au  Parquet  de Nîmes  on  ne  fonctionne pas  selon  le  Droit,  mais  selon  les  orientations politiques  du  Procureur. 

C’est  ainsi  que  lors  d’une  audience  du  tribunal  correctionnel  de Nîmes,  le  Substitut  Bottéro  s’est  permis   de  dire :  « Plus  le gilet  est  jaune,  moins  la  matière  est  grise ».   On  ne  peut  pas  mieux  démontrer  son   manque  d’impartialité.  Pourtant,  personne  parmi  les  Gilets-Jaunes,  n’a  jamais  mis  en  parallèle  la  noirceur  de sa  soutane  avec  un  quelconque  manque  de  lumière.

Par  contre,  il  est  à  signaler  que  le  même  Parquet  reste  silencieux  sur  le  fait  que  dans  les locaux  de la  Police  Judiciaire de Nîmes  (sous  sa  responsabilité),  soit  déployé  un  énorme drapeau Sudiste,  sur  lequel  est  inscrit  le mot  d’ordre  suprématiste  (raciste)    :    « Je  ne  regrette  rien »  (l’esclavagisme !).  L’apologie  de la  ségrégation  raciale  est  pourtant  sévèrement  condamnée   par  le  Code Pénal. Non  pas  comme  un  délit,  mais  comme  un  crime.  Et  l’on  ne  peut  qu’être  profondément  choqué  par  le  fait  que  le  Procureur  ferme  les  yeux  sur  un  prosélytisme  aussi  nauséabond.

                               *    *    *

Soyons  clairs !  Et  ne  jouons  pas  les  faux  naïfs,  ou  les  nouveaux  candides.

Le  Parquet  de  Nîmes  a  engagé,  une  fois  de plus,  un  procès  politique.  Un  procès  politique  contre  un  Gilet-Jaune,  c’est-à-dire  un  procès  contre  tous  les Gilets-Jaunes.

Effectivement,  ce  procès  qui  m’est  fait  aujourd’hui  s’inscrit  dans  une  gigantesque  vague  répressive  du  Pouvoir  Macroniste,  contre  notre  Mouvement,  dans  son  ensemble.

En  France,   plus   de  10 000  Gilets-Jaunes  sont  passés  devant  les  tribunaux,  et  plus  de 1 000  ont,  comme  moi,  subi  la  prison. 

Or  si  le  fait  qu’un  pouvoir  arrête  systématiquement  ses  opposants  indique  qu’un  régime  est  autoritaire, celui  de  les  envoyer  en  prison  est  le  premier  signe  du  début  d’une  dictature. 

Ce  procès,  comme  tant  d’autres,   met  en  évidence  la  violence  policière  inouïe,  observable  depuis  que  Macron est  « en  marche ». 

Depuis  2018,  on  compte  plusieurs  dizaines  de  mutilés,  plusieurs  centaines  de  blessés  graves,  plusieurs  milliers  d’arrestations  avec  garde à  vue,   plusieurs  dizaines  de  milliers   d’amendes  onéreuses,   plusieurs  centaines  de milliers  de  tirs  de  projectiles  de  guerre en  tous  genres  (grenades antipersonnel,  flash-ball,  LBD40),   plusieurs  millions  de coups  de matraque,  de  bouclier,  ou  de brodequin,  sans  compter  les  tonnes  et  les  tonnes  de    lacrymogène  et  autres  gaz  déversés   (tous,   très  toxiques  et  très  polluants !).

                               *    *    *

Tout  cela  se  passe  en  France  en  2020,  et  non  dans  le  Chili  des  années  70.  Oui,  nous  sommes  bien  en  France. Celle  de  Macron,  où  le  Pouvoir  de  plus  en plus  affaibli  devient  de plus  en plus  autoritaire.  Il  ne  supporte  pas  la  moindre  contestation,  au  point  de   mettre  six  mois en  prison  le  Gilet-Jaune  que  je  suis,   pour  la  seule  et  simple   raison  qu’il  est  Gilet-Jaune.

Autoritarisme,  début  de  dictature   :

Pour  ce  faire,  Macron  militarise  sa  police,  et  transforme  les  Palais  de Justice,  en  annexe  des  Commissariats,  comme  on vient  de le  voir  clairement  dans  cette   affaire,  comme  dans  celle  de  l’incendie  au  Centre  des  Impôts de  Nîmes,  le  jour  de l’an  2019.

Pour ce faire,  les  couches  populaires  qui  protestent,  qui manifestent,  sont  envoyées  devant  les  tribunaux.   Par  contre les Fillion,  Sarkozy,  Balladur,  Cahuzac  et  consorts,  eux   qui  sont  de  véritables  escrocs,  et  même  des criminels  pour  certains… eux  restent  en  liberté.

Avec  Macron  au  gouvernement,  nous  sommes  entrés  dans  une  aire   politique nouvelle :   celle  de l’ultralibéralisme,  celle  d’une  société  entièrement  « ubérisée »,  dans  laquelle  seuls  comptent  les  coffres-forts  des banques,  et  les  dividendes  versés  aux  actionnaires.

Cette  politique  consiste  à  prendre  dans  la  poche  des pauvres,  pour  remplir  celle  des  riches.  Et  cela  se réalise  par  la  casse de  tous  les  acquis  sociaux,  et  par  la  casse  des  Services  Publics.

Les  riches  sont  ainsi  de  plus  en  plus  riches  et  les  pauvres  de  plus  en  plus  pauvres.  Comment  vivre   avec  500  Euros  par  mois ?    Car  c’est  avec  seulement   cela  que  doivent  vivre, ou  plutôt  survivre,  ceux  que  la  politique antisociale  de Macron,  précipite  dans  la  misère.

Et  ils  sont  nombreux  ceux  qui  se  débattent  dans  des  conditions  aussi  lamentables.  Ce  sont  les  millions  de jeunes  sans  perspective,  ce  sont  les  millions  de  retraités  avec des  pensions  dérisoires,  ce  sont  les  millions  de  travailleurs  précaires  qui  n’arrivent  pas  à  joindre  les  deux  bouts,  ce  sont  les  millions  de  chômeurs  qui  vivotent  avec  ou  sans  indemnités.

Ce  sont  ceux,   pour  qui  les  fins  de  mois  difficiles  commencent  au  début  du  mois.  Ce  sont  ceux,   qui  sont  descendus  dans  la  rue,  un  certain  17  novembre  2018 : 

Ce  sont  les  Gilets-Jaunes  !

                               *    *    *

Ce  mouvement  social  est  sans  précédent,  car  il a  réussi  à  mobiliser  des  centaines  de milliers de  personnes   pendant  près  de  deux  ans.

Ce  mouvement  social  est  également  très  original,  car  il  sort  des  sentiers battus  des  contestations  habituelles,  très  institutionnalisées.  Il  est  dynamique,  il  est  entreprenant,  il  est  sans  chef.  Et  surtout,  il  a  réussi  à  réellement  déstabiliser  celui  qui  se  croyait  tout  puissant,  au  point  de  se faire  appeler  « Jupiter ».

…Et  puis,  les  Gilets-Jaunes  ne  demandent  pas  la  mer  à  boire,   ils  demandent  simplement  à   « VIVRE  DIGNEMENT   ! »

D’ailleurs,  c’est  justement  par  toutes  ses  spécificités  qu’ils  font  peur  à  Macron,  et  à  ses  amis  de la  Bourse,  car  ils  remettent  en  cause  tous  les  fondements  de  ce  système,  et  ce  par  des  actions  efficaces.

Macron  a  peur  des Gilets-Jaunes,  et  c’est  pour   les  faire  taire  qu’il a  engagé  une répression  d’une  violence  inouïe   :  violence  policière,  mais  aussi  violence  judiciaire.

Dans  la  pratique,  cela  se  traduit,  comme  on  le  voit  à  Nîmes,  par  une  collusion  étroite entre   Préfectures  /  Commissariats   /  Parquets.

Ainsi,   dans  le  Gard,   le  Préfet  Didier  Lauga  interdit  toute  manifestation,  le  Commissaire  de police  Jean Pierre  Sola  envoie  la  troupe  pour frapper les  contestataires,  et  le  Procureur   Eric  Maurel  engage  des  procès  en  sorcellerie,  pour  terminer  le  travail.

Car  l’enjeu  de cette  répression,  comme  je  l’ai  démontré  précédemment,  c’est bien  de  bâillonner  toute  forme  de  contestation,  et  cela  commence  par  l’interdiction  de manifester.  L’interdiction de  manifester  qui  est  justement  la  toile  de fond  du  présent  procès.

C’est  bien  parce  que j’ai  manifesté,  et  qu’on  me  l’a  interdit  que  je  suis  actuellement  en  prison,  depuis  maintenant  six  mois.  Ajoutons  que  je  ne  suis pas  seul  dans  ce  cas,  car  il  y  a  en  France  près  de   30 000  personnes  « interdites  de manifestation ».

… Interdictions,  je tiens  à  le  rappeler,  toutes  prononcées en  toute  illégalité  par des  Magistrats.   Ce  qui  confirme  que  la  justice,  dans  ce domaine,   ne  délibère  pas  selon  le  Droit,   mais  selon  les  directives  du  Pouvoir  en  place.

Ce  n’est  pas  moi  qui  le  dis,  je  ne  fais  que  reprendre  les  termes  employés  par  le  Rapport  Annuel d’Amnesty  International,  organisation  humanitaire,  qu’on  ne peut  pas   suspecter   de  gauchiste,  loin  de là.

Mais  manifester,  n’en déplaise  aux  Magistrats,   est  un  Droit  inaltérable,  tout  comme  celui  de  faire  grève.  Et  aucun  jugement  ne  pourra  l’interdire  sous  des  prétextes  aussi  fallacieux  que  l’exigence   d’une  autorisation.

Les  « Sans-Culottes »  ont-ils  demandé  à  Louis  XVI  l’autorisation  de prendre la  Bastille  ?

Bien évidemment  NON !

Pourtant  le  14  juillet  est  aujourd’hui  le  symbole  de  mondial des  Droits  de l’Homme.

Il  en  est  de  même  du  1er  mai,   qui  avant  d’être  « la  Fête  du  Travail »   a  été  la  journée  phare  pour  obtenir  le  Droit  de Grève.

                               *    *    *

Le  Droit  de manifester  est  au  centre  du  procès  d’aujourd’hui.  Et  personne  ne  m’en  privera,   pas  plus  la  Police    que  la  Magistrature.

Je  milite  depuis  l’âge  de 14 ans.  En  50  ans  d’engagement,   c’est  la  première  fois  que  j’assiste  à  une  telle  interdiction  généralisée.   C’est  surtout  la  première  fois  que  je  côtoie  une  telle répression.    En  moins  d’un  an,   j’accumule   :  dix  gardes à vue,  huit  amendes  de 800 Euros,  six  mois  de prison  ferme,  et  autant  en  sursis.

C’est  du  jamais  vu !

Alors,  si  maintenant,  il  faut  prendre  d’autres  Bastilles   pour  défendre  la  liberté,  nous  prendrons  ces  autres  Palais   !

Et  demain,  dès  que  je  sors  de prison,

Autorisées  ou  pas,

Je  participerai  à  toutes  les  manifestations.

                                … Et  aucun  contrôle  judiciaire  ne me  l’interdira.