CONTESTATION de toute l’ ACCUSATION

  

                                  lue   par ROLAND  VEUILLET

                       devant   la   Cour   d’ Appel  de  Nîmes

                       ( audience  du  29  septembre  2020 ).

                                  *    *    *

 « Un  dossier  pénal  vide »

                                  *    *    *

Comme  je    l’ai  démontré  en  préambule,  les  poursuites  engagées  contre  moi  sont  sérieusement  entachées  par des  vices  de procédure,  qui  doivent  conduire  à  leur  annulation  complète.    En  Droit,   on  parle  de  « NULLITÉ ».

Comme  je  vais  le  démontrer  maintenant,  le  dossier  pénal  est,  quant à lui,  vide.   Et  pour  ce  faire,  la  Parquet  de  Nîmes a  utilisé  le  vieux  procédé  des  sophistes,  qui consiste  à  transformer  la  victime  en  agresseur,  et  l’agresseur  en  victime.

Ainsi,  le Parquet  a  tenté  de qualifier  pénalement  des infractions  qui n’existent  pas,   tout  en  faisant,  l’impasse  sur  des  violences  policières,  quant à elles,  bien  réelles.

La  baudruche  se  dégonfle  d’elle-même,  car   tous  les  chefs  d’inculpation  sont  bidon,   comme  je  vais  le  prouver  maintenant,   point  par  point.

                                  *    *    *

  1.  « Participation sans arme à un attroupement, après  sommation de se disperser, et  entrave  à  la  circulation » (faits  commis le 22 décembre  2018  à  Nîmes)  :

Je  conteste  qu’il  y  ait  eu poursuite d’une  quelconque  action  après  les  sommations.  D’ailleurs,  le  PV  de  police  indique  bien : « …l’interpellation  de Monsieur  Veuillet  est  intervenue,  pendant  que  la  dispersion  se  poursuit ».

Cette  arrestation  a  donc  été effectuée  après  les  sommations,  à  un  moment  où  les  manifestants  quittaient  les  lieux.     D’ailleurs,  aucun  élément  du  dossier  judiciaire  n’établit  la  poursuite  de  la  manifestation  après  les  sommations.

Je  conteste  également  le  fait  qu’il  y  ait  eu  entrave à  la  circulation.  Là  non  plus  aucun  élément  du dossier  ne  l’établit.

En  effet,  le  22 décembre  2018,  au  lieu-dit  Km-Delta,  à  l’entrée  de l’autoroute,  les  forces  de l’ordre  étaient  aussi  nombreuses  que  les manifestants.  Il  y avait  là,   un  régiment  entier  de Gardes Mobiles  soit  environ cinq cents  gendarmes,  auxquels  s’ajoutait   la  Police nationale,  soit  environ cinquante  personnes  de plus.

Dès  l’arrivée  des Gilets-Jaunes,  le  matin  vers  8 heures,  le  dispositif  antiémeute,  appuyé  par  quatre  tanks,  a  empêché manu militari,  toute  tentative  de  rassemblement,  et  les  quelques  groupes  qui  réussirent  à  se  former,  étaient  immédiatement  dispersés.

Aussi,  dans  un  tel  contexte,  il  est  mensonger  d’écrire  qu’il  y  ait  eu  « entrave  à la  circulation ».  Et  si  le  trafic  routier  a  été  arrêté,  et  dévié,  c’est  à  l’initiative  exclusive  de la  Police qui  tentait  ainsi  de  retourner  les   automobilistes  contre  les  Gilets-Jaunes.

Néanmoins,  en  ce  qui  concerne  les  sommations,   j’indique  ici  qu’elles  ne  se  sont pas  faites  de façon  réglementaire.

En  effet,  quelques paroles  inaudibles,  et  incompréhensibles,  crachouillées   dans  un  porte-voix  qui  grésille,  ne  peuvent pas  être  considérées  comme  des  sommations.

Rappelons  à  toutes  fins  utiles  qu’un  Décret  du Conseil  d’État  mentionne  précisément  les  modalités  de  cette  procédure ,  qui dans  la  pratique  n’est  jamais  appliquée.  Entre autres,   le  port  de  l’écharpe  tricolore  qui  doit  être  soigneusement  déployée,  en  respectant  un  alignement  précis  des  couleurs  (le  bleu  du  côté  du  cou,  le  rouge  de  celui  de  l’épaule). 

Or  le  22  décembre,  il  fallait  vraiment  deviner  qu’une  espèce de  foulard  complètement  entortillé,  et  froissé  comme  s’il  sortait  d’une  poche… était  l’écharpe  tricolore  réglementaire. 

Précisons  également  que,  comme  d’habitude,  aucun  policier  ne portait son  RIO  (matricule),  ce  qui  est  portant  obligatoire.

Cependant,  on  constate   qu’une  seule  personne  a  été  arrêtée  sur  cinq  cents  manifestants… et  poursuivie en  justice.    Ajoutons  que  le  rapport  de  Police  figurant  dans  le  dossier  pénal  indique  clairement  qu’il  s’agit  d’une  arrestation  ciblée  au  préalable,  décidée  bien  avant  les  sommations.  Les  termes eux-mêmes,  utilisés sont  à relever  :  « …parmi  les  manifestants  se  trouve  un  Monsieur  d’un  certain  âge,  vêtu  de  rouge,  etc. »,   me  désignant,   sans  me  nommer.  Or  le  policier  rédacteur  de ce  rapport   me  connaît  très  bien,   pour  m’avoir  appelé  par  mon  nom  quelques  instants  auparavant.    Et  s’il  me  connaît,  ce n’est  pas  parce  que  je  suis un  délinquant,  mais  parce  que  je  suis  un  syndicaliste,  très  actif  sur  la ville  de Nîmes. Il  ment  donc,  lorsqu’il  feint d’avoir interpellé un anonyme.

Alors,  ne  soyons  pas  naïfs,  et  ne  jouons  pas  les  faux  candides.  Cette  arrestation  constitue,  avant  tout,   un  acte  de  discrimination  à  connotation  politique,  car  elle  était  ciblée, et  préméditée.

Il  me  semble  pourtant  que  la  Déclaration Universelle  des Droits  de l’Homme  dit  que :  « Nul  ne  doit  être inquiété  pour  ses  opinions ».

Je  terminerai  cette  contestation  des  faits  incriminés du  22  décembre,  en  regrettant  que  le  Procureur  Eric  Maurel  ait  refusé  de  saisir  les  images  des  nombreuses  cameras de vidéosurveillance installées  sur  ce  rond-point.  Ces  images  auraient  eu  le  mérite  de  montrer  la  réalité,  et  non  une  version  galvaudée.

Car,  le  22  décembre  2018,   il  n’y a jamais  eu  « poursuite  de la  manifestation après  sommations »,  pas  plus  « qu’entrave  à la  circulation ».

                                  *    *    *

2) « Participation sans arme à un attroupement, après  sommation de se disperser » (faits commis le 15 juin 2019 à Nîmes):

Je  conteste  ce  chef  d’accusation.

Pour  ma part,  je n’ai  ni  vu  ni  entendu  un  officier  de police,  faire  une  quelconque  sommation,  cet  après-midi  du  15  juin  2019.

En  effet,  lorsque  le  cortège  des  manifestants  est  arrivé  vers  15 heures  place  de la  mairie,  j’ai  entendu  les  sirènes  hurlantes  de  plusieurs  véhicules  de  police. Et  immédiatement,  j’ai  vu  les  premiers  rangs  de Gilets-Jaunes,  repartir  en  sens  inverse,  en  courant,  car  on  a  assisté  à  ce  qui s’appelle  en  langage  militaire  « un  débarqué  assaut ».  C’est  à  dire  lorsque  des policiers   descendent précipitamment   de leur  voiture  et    chargent  immédiatement  la  foule.

Je  rappelle  ici,  à  nouveau  que  des  sommations  réglementaires doivent  suivre un  protocole  précis.  Or  les  « Pin-pon »   ou  le scintillement  des  gyrophares   ne  peuvent  pas  être  considérés  comme  tels.

Effectivement,  les  sommations  sont  prévues,  justement,  pour  permettre  aux  manifestants  de  partir,  ce  qui n’est  pas  le  cas lorsque  la  charge  est  immédiate,  comme  ce  fut  le  cas,  le  15  juin.   Pire,  ce  jour-là,  le  cortège  a  été  entraîné  dans  une  souricière,  car  les  participants  n’avaient  comme  seule  issue  de  sortie,  que le  prolongement  de  la rue  du  Greffe,  longue  d’environ  500  mètres.

Comme  tout  le  monde,  j’ai  couru,  et  les  policiers  aussi  couraient  derrière  nous.

Il  est  donc  mensonger  de  prétendre  que  la  manifestation  s’est  poursuivie,  alors  que tout  le  monde  était  en  train  de  fuir,   en  tentant  de  se  disperser.

D’ailleurs,  toutes  les  arrestations  ont  été  effectuées  longtemps  après,  à  l’autre  bout  de la  ville  pour certaines,  car  la  police  s’est  livrée  à  une  véritable  chasse à  l’homme,  jusqu’à  tard  dans  la  soirée,  transformant  la ville  « en  état  de siège »  (dixit  la  presse locale). 

En  ce  qui  me  concerne,  j’ai  été  arrêté   au  numéro 7  de  la  Grand  Rue,  c’est-à-dire à  près  d’un  kilomètre  de la  Mairie  (lieu  des  sommations  présumées).  Et  j’étais  loin  de  « poursuivre  une  manifestation »,  comme  l’écrit  le  chef  d’accusation,   car  j’étais en  train  d’aider  une  jeune  mère  à  soulever  une  poussette  et  son bébé,   pour  lui permettre d’entrer  dans  un magasin.   C’est donc à un  moment,  où  je  protégeais  une  jeune  maman  et  son  nourrisson,  afin  qu’ils  ne  soient  pas  exposés  à  un  tir de grenades  ou  de  LBD40,  que  j’ai  été  sauvagement  appréhendé.

J’emploie  bien  le  terme  « sauvagement »,  car  cette  brutalité  était  inutile  et  volontaire  :  Comment  le  dire  autrement,  quand,  une  dizaine  de membres  des  forces  de l’ordre  vous  sautent  dessus,   vous  projettent violemment  au  sol,   et  vous  écrasent  la  tête  et  les  membres  avec  leurs  brodequins  militaires,   pour  vous  plaquer  le  visage  contre  l’ asphalte,  pendant  de  très  longues  minutes.

Malheureusement,  quand  on  parle  des  violences  policières ,  on  parle  d’une  réalité  constante,  face à  laquelle  il ne  faudrait  surtout  pas  se  plaindre,  car  sinon  il  y  a outrage  et rébellion,  comme  nous  le  verrons plus  loin  dans  ce procès.

Ce  qui  est  patent,  tout  de même,  c’est  que  sur  cinq  cents  manifestants,  sur  plusieurs  dizaines  de  personnes  arrêtées,  je  suis  la  seule  à  comparaître  devant  les tribunaux.

Là  non  plus,  ne  soyons  pas naïfs,  et  ne  jouons  pas  les  faux  candides.  Cette  arrestation  était  politiquement  ciblée,   afin  de  lui  donner  au  préalable une  suite  judiciaire,   comme  dans  l’affaire  précédente  du  22  décembre  2018.

Je  déplore  à  nouveau  que  le  Procureur  Maurel  ait  refusé  de  faire  saisir  les  images  des caméras  de  vidéo – surveillance,  très  nombreuses  dans  le  centre-ville.  On  aurait constaté  une  fois  encore  que  la  réalité  ne  correspond  pas  au  compte rendu  qu’en  fait  la  police,   le  15  juin de  l’année  dernière,  car  il n’y  a  pas  eu  de  poursuite  de la manifestation  après  les  sommations.

                                  *    *    *

3) « Rébellion  (faits  commis  le 20  juin  2019  à  Nîmes) :

En  préambule à  cette  accusation  que   je conteste,  je  me  permets  de  faire  une  remarque  sur  l’ article  433-6  qui  définit la Rébellion, et  sur  le 433-5  qui  définit   quant  à  lui l’Outrage.

Tous  deux,  étant  souvent   accolés  l’un à  l’autre,  ces  deux  notions  constituent  quelque  chose  d’assez  exorbitant  du  point  de vue  du  Droit Public,  puisque  c’est  l’agent  constateur   qui est  lui-même  victime… Une  aubaine  pour  se faire  du  fric !

Mais  soit !  Le  Conseil  Constitutionnel a  validé  cette  loi  aberrante,  et  il  faut faire  avec.  Mais  alors,  faisons-le  correctement.  Reprenons  donc les  faits tels  qu’ils  sont :

Le  20  juin,  à  l’intérieur  du  Palais  de Justice,  les  policiers  Eric  Bouzanquet  et  Eric  Combet  sont  appelés  par  le  Substitut  Bottéro,  pour  m’expulser  de la  salle  d’audience.  Ces  deux  policiers  se  précipitent  immédiatement sur  moi  et  me  bousculent  violemment.  Le  choc  est  tellement brutal  que  je  mets  une  jambe  en arrière,  pour  ne pas  chuter.  Cette  simple  précaution-réflexe  est  qualifiée  de Rébellion,  et  Monsieur  Bouzanquet  demande  une  indemnité de 500  Euros.  On  se  demande  bien  pourquoi,  car  il  n’indique  pas  la  nature  du préjudice  causé.  Ainsi,  on  se  retrouve  dans  la  caricature  grotesque  que  je  décrivais  plus  haut.

Notons  tout  de même  que  son  collègue Eric  Combet  a eu  la  décence de  ne  rien  demander, et c’est tout à son honneur.  Car tout de même, un an après,  je me  demande encore  quel préjudice  a pu  subir le policier Bouzanquet cet après-midi-là.

Venons – en  maintenant  aux  faits  :   je  suis  donc  très violemment  expulsé  de  la  salle  d’audience  (je  lirai  ensuite  les  nombreux  témoignages  des gens  présents),  et  quasiment  lynché  dans  la  Salle des  Pas  Perdus,  par  une  dizaine  de policiers  venus  en  renfort.  Les  images  diffusées,  le  soir  même,  par  France 3,  lors  du journal télévisé  sont  édifiantes.  On  se  croirait  au  Honduras.

J’ai  demandé  leur  saisie au  Procureur  Maurel.  Une  fois  de plus,  il  a  refusé  de le  faire,  écartant  une  preuve incontestable  de la violence policière dont j’ai  été  victime.

Suite  à  cette  neutralisation  plus  que  musclée,  je  suis  conduit  par  les  deux  policiers  cités  plus haut,  dans  le  dédale  des  couloirs  souterrains  du  Palais  de Justice.  Sur  le  trajet,  alors  que  je  suis  menotté,  Monsieur  Bouzanquet   me tord  le  bras,  sans  aucune raison,  ce  qui  m’a  occasionné  une  déchirure  musculaire  à  l’épaule,  dont  je  souffre  encore  un  an  après.   Il se  permet  même  de  m’invectiver  et  de me  menacer.  Il  me  dit  entre  autres :  « Ah !  t’as  voulu  faire  le  beau,  tu  vas  voir,    comment  nous,    on  va  te  mâter maintenant,   connard » .

Pour  cette   menace  et  pour  ces  propos injurieux,  j’ai  porté  plainte  contre  le policier  Bouzanquet… plainte  que  le  Procureur Maurel,   une  fois encore,   a  classé  sans  suite.

Ce  20  juin,  il  n’y  a  pas  eu  de Rébellion  de ma  part.  Au  contraire,  c’est  moi  qui ai  subi,  par  contre,  les  violences  policières.

                                      LECTURE     DES    VINGT     TÉMOIGNAGES.

                                  *    *    *

4) « Acte d’intimidation envers un dépositaire  de l’autorité publique,  pour  qu’il accomplisse  ou s’abstienne d’acte  de sa fonction »,  et « Dénonciation  calomnieuse »   (faits  commis  entre e 05 novembre et  10 décembre 2019  à  Nîmes) » :

Tout  d’abord,  on  constate  que  la  qualification  pénale  est  surprenante,  puisque  le  dossier  judiciaire  ne  mentionne  que  deux  faits,   l’un   s’est  produit  le 05  novembre,    et l’autre  le  20  du  même  mois.    Il  s’agit  donc  de  deux  dates  précises,  et  non  d’une  période   prolongée  d’un  mois.

Néanmoins,  pour  ces  deux  événements,  je  conteste  qu’il  y  ait  infraction  de ma part,  dans  la  mesure  où,  c’est  moi  qui ai  été  victime  des  exactions  du  policier Yann Desbands,  et  non  l’inverse. 

Cette  technique  du  retournement  de situation  est  scandaleuse,  car  elle  consiste à faire  de l’agresseur (le policier),  une  victime,  et  de  la  victime réelle  (moi !)  un  dangereux  agresseur.

Les  faits  sont  pourtant  têtus,  et  je  vais  les  rappeler   :

A –  Le 05  novembre 2019,   je  participais  à  une  manifestation des Gilets-Jaunes,  qui se  terminait  devant  la  Préfecture  du Gard.  Alors  que  nous  interpellions  le  Préfet  Lauga  avec  un  mégaphone  dirigé  vers  les  fenêtres  du bâtiment,  le  Policier  Desbands  s’est  permis  de me  dire :  « Dégage  avec  ta  merde ».

Je  me  suis  adressé  à  lui  pour  lui  faire  remarquer  qu’il  n’avait  pas  à  me  tutoyer,  encore  moins  à  commenter  mes  activités  militantes.

C’est  alors  qu’il  m’a  répondu  :  « Tire-toi,  petit  con ».  Offusqué  par  une  telle  insulte,  j’ai  immédiatement  interpellé  son  chef,  pour  lui relater  ce  qui  venait  de se  passer  et  pour  demander  à ce  gradé  le  matricule  du  policier,  dont  je  ne connaissais  pas  le  nom  à l’époque,  car  celui-ci  ne  portait  pas  son  R. I. O.  sur  l’uniforme.   L’officier  qui  n’en  portait  pas  non  plus  (ce qui est  pourtant  obligatoire)  a  surtout  essayé  d’éluder  l’incident,  et  de  faire  diversion,  quand  je  lui  ai  annoncé  que  je  porterai  plainte.

Tous  les  manifestants  se  sont  approchés  de ce  Commandant,  pour  lui  dire  que  le  policier  en  question  est  connu  de  tous,   car  systématiquement,  il  provoque,  il  insulte,  il  menace,    et  bouscule,  les  gens  à  chaque  rassemblement.

D’ailleurs  dans  un  PV  daté  du  22  novembre  (dans  le dossier  Pénal),  ce  chef,  Monsieur  Barbezier,   mentionne,   lui  aussi  cet  état  de  fait,   et  il  écrit :  « D’autres  manifestants  criaient  que  Desbands  les  insultait ».   Notre  rassemblement  a  encore  duré  une  demie heure,  devant  la  Préfecture,  puis  nous  sommes  partis.

On  constate  donc  qu’au  moment  des  faits,  il  n’y a pas  d’infraction  constatée,  puisque sinon,  j’aurais  été  immédiatement  embarqué.  Les  policiers  étaient  très  nombreux  à  ce  moment – là.

On  constate  également  à  la  lecture  du  dossier  pénal  que  l’incident  ne  fait  l’objet  d’aucun  PV,    d’aucune  poursuite,    ni  le  jour même,  ni  les  jours  suivants.  Cet  incident  ne  réapparaît  d’ailleurs  dans  les  annales  policières,  qu’un  mois plus  tard.

Pour  ma  part,  j’ai  immédiatement  alerté  par  courrier  et  par  internet  la  hiérarchie de  Monsieur  Desbands,  ainsi  que  les  services  de la  Préfecture.  Et  j’ai  porté  plainte  le  lendemain  auprès  du Procureur  Eric  Maurel,  qui  l’a  classée  sans  suite,  comme  d’  habitude. 

B –  Le 20  novembre 2019  :  Le  deuxième  événement  mentionné  dans  le  dossier pénal  se  situe  à cette  date,  devant  le  Palais  de Justice,  où  un  rassemblement  était  organisé  par  les  Gilets-Jaunes  en  raison  d’un  procès  intenté  à  l’un  d’eux,  à  savoir  à  moi-même.

Ce  jour – là,  dès  13  heures,   le  dispositif  policier  était très  important,  à  l’intérieur,  comme  à l’extérieur  du Tribunal,  ainsi  qu’à  l’entrée.

À  13 h.  45,  à  mon  arrivée,  je  constate  à  ma  grande  surprise  que  le  policier  Yann Desbands  a  été  requis  en  première  ligne,  devant  la  grande  porte,  à  l’endroit  où  justement  je  dois  passer.

Précisons  toutefois  qu’entre  le 05 et  le  20  novembre,  un  autre  incident  s’est  produit  le  17 ,  sur  le  parking  du  super marché Géant  Casino,  où  les  Gilets-Jaunes  s’étaient  réunis.   Le  policier  Desbands,  présent  lui  aussi  pour  nous  surveiller,  s’était  montré arrogant  et  provoquant  à  l’égard  des  participants,  en  faisant  entre  autres  des  doigts  d’honneur,  en  poussant  des  cris  stupides d’animaux.  Il  avait  multiplié  les  postures  agressives  et  menaçantes.  Personne  parmi  nous n’était  tombé  dans  ses  provocations  grotesques.  Cependant,  le  lendemain,  je  lançais  une  nouvelle  alerte  à  sa  hiérarchie pour  dénoncer  ce  comportement  inadmissible.  Je  demandais  surtout  que  ce  policier  voyou  soit  retiré  des  opérations  de  maintien  de l’ordre,  afin  d’éviter  tout  nouvel  incident.

Malgré  cela,  deux  jours  plus  tard  donc,  le  20  novembre,  lors  de  mon  procès,  on  constate  encore  la  présence  de  Monsieur  Desbands.   Visiblement  la  provocation  n’est  pas  un  acte  isolé  d’un  individu  défaillant,  elle  est  organisée  directement  par  la  hiérarchie.   Le  Gardien  de la  Paix   Desbands,  n’étant  finalement  qu’un  tout petit  exécutant,  agissant  sur  ordres.

La  suite  le  démontre  parfaitement  :  quand  je  remonte  les  escaliers  du  Palais  de Justice,  ce  policier  vient  ostensiblement  se  positionner  devant  la  porte,  c’est-à-dire sur  le  seul passage  que  je  dois  emprunter… car  sinon,  je  serais  passé  ailleurs.  Et  pareil  à  lui-même,  il  me  fixe  avec  beaucoup  de  défis,  de  mépris,  en  adoptant  une  posture  chevaleresque.

Je  lui  demande  où  est  son  chef.  En  guise  de réponse,  j’ai  droit  à un  sourire  sarcastique.   Je  m’adresse  à  ses  collègues,  et  j’obtiens  la  même  réponse.  Je  prends  alors  mon  téléphone,  et  j’appelle  Monsieur  Patrick  Bellet,  grand  chef  de la  Sécurité  auprès  du  Préfet,  pour  lui  faire  part  de  mon  indignation  de voir  à  nouveau  le  policier  provocateur,  requis  pour  une  opération  de maintien  de l’ordre.  Puis,   j’interpelle   mes  amis  Gilets-Jaunes,  pour  les  prendre  à témoin,  et  j’entre  dans  le tribunal.

Lorsque  je  ressors,  je  constate  que  l’effectif  de Police  s’est  renforcé,  puisque  je  dénombre  plus  de  cinquante  agents.  Je  prends  la  parole  à  plusieurs  reprises,  car  nous  restons  encore  près  d’une  heure  sur  place,  avant  de nous  disperser  à  16  heures.   Donc,  ce  jour-là,  à  16 heures,  aucune  infraction  de  ma  part  n’a  été  constatée,  car  sinon,  tout  comme  pour  le  05  novembre,  j’aurais  été  immédiatement  arrêté  par  l’imposant  cordon  policier.

Voilà  comment  les  faits  se  sont  produits.  Et  que  ce  soit  le  05  ou  le  20  novembre,  aucune  infraction  n’a  été  commise,  car  les  policiers  ne  m’auraient  pas  laissé  repartir.  Qualifier  pénalement  ces  incidents,  a posteriori,  comme  « Délits »  est  donc  une  construction  réalisée  après  coup,  comme  on  peut  le  constater  à la  lecture  du  dossier  pénal  :

Ainsi,  on  y  apprend  entre autres  que  la  Commissaire,  Madame  Géraldine  Palpacuer  a  organisé  un  briefing  à  l’Hôtel  de Police,  juste  avant    que  les  équipes  se  rendent  au  Tribunal.

  Tous  les  agents  évoquent  cette  réunion.  Ce qui  s’y  est  dit  nous  apprendrait  beaucoup  sur  ce  qui  s’est  produit  ensuite.   Or  le  compte  rendu  de ce  briefing  des  troupes  (existant  sur  le  registre  du  Commissariat),  ne  figure  pas  dans  le  dossier  pénal.  Et  c’est  vraiment dommage,   car  on  aimerait  connaître  les consignes  données,  ainsi  que  tous  les échanges  tenus  lors  du  débat  qui  a  suivi.  En  effet,  toutes  les déclarations  des  Policiers  présents  évoquent  Monsieur  Veuillet,   avec  des  annotations  comme   :  « Il  paraît  qu’il… » ;  « On  nous  a  dit  qu’il… »   ;   « On  pense  qu’il… » ;  « On  a l’impression  qu’il… »    ;   « On  sentait  bien  qu’il… ».

Visiblement,  Madame  Palpacuer  a  chauffé  la  salle,  avant  d’ envoyer   ses  troupes  au  feu   :  tous  sont  visiblement  à  cran.

Cependant,  le  dossier pénal  nous  apprend  tout  de  même  autre  chose d’important  :  Le  Policier  Desbands  a  bel  et  bien  été  retiré  du  dispositif,  car  réellement,  il  avait  fait  un  peu  trop  de  zèle,  et  son  comportement  outrancier  finissait  par  poser problème.

Mais,  la  version  change   dans  un  deuxième  temps    :   car  on découvre  soudain  qu’on  lui  aurait  simplement  demandé  de  se  retirer  pour  aller  porter  plainte immédiatement  au  commissariat,  et  c’est  pour  cette  unique raison  qu’il  aurait  quitté  les  lieux.

À  qui  veut-on  faire  croire  une  farce  pareille ?

Retire-t-on  un  policier  qui  interviendrait   face  à  un  hold-up,  pour  qu’il aille  porter  plainte  instantanément,   contre  un  gangster  qui  l’ aurait intimidé   ?  Non,  Monsieur  Desbands  n’a  jamais  été  intimidé.   Il a  été  écarté  des  opérations,  car  il  était  en  faute,  comme  il  l’avait  été  le  05  et  le  17  novembre,  ainsi  qu’en  bien  d’autres  occasions.  C’est  d’ailleurs  lui-même  qui  se  plaint  des  persécutions  de  ses  supérieurs    (dossier pénal).

L’infraction  qu’on  m’attribue  aujourd’hui  est donc  un  montage,  construit  a posteriori,  car  elle  n’existait  pas  au  moment  des  faits.    En  effet,  ce  n’est que  cinq  jours  après  que  commence  la  cabale,  avec  des  policiers  qui  s’auditionnent  mutuellement.  Ils  montent  ainsi  un  dossier  de  toutes  pièces,  afin  qu’il  tienne  à  peu  près  la  route  en  apparence  sur  le plan pénal.     Cinq  jours  après !

Et  la  lecture  des  PV  d’audition  est  non  seulement  comique,  mais  grotesque :  « Je  prends  ta  déposition,  ensuite  tu  prends  la  mienne,  et  surtout  on se met  d’accord  sur  ce  qu’on  raconte »… on  ne  fait  pas  mieux  dans  l’entre soi.  Mais  surtout  on  se  garde  bien  d’écouter  quelqu’un  qui ne  soit  pas  de la  Maison.  De toute façon,  les  témoignages  extérieurs  et  indépendants  des  gens  présents  ont  été  refusés  par  le  Procureur  Maurel.  Il  a  également  refusé  de  saisir  les  images  des quatre  caméras  de  vidéosurveillance  situées  à  l’entrée  du  Palais. 

Je  vais  tout  de  même  en  faire  lecture  de  ces  témoignages  refusés par le Parquet :

         LECTURE  DES  TÉMOIGNAGES  SUR  LE   05  ET  LE  20  NOVEMBRE.

Comme on  le  voit,    les  poursuites  engagées  contre  moi  pour  intimidation  et dénonciations  calomnieuses  ne  tiennent  pas  la  route.

Je  le  réaffirme  ici,   et  je  continuerai  de le  faire  par  la suite  :  C’est  le Policier  Yann  Desbands,  visiblement  sur  ordres,  qui  provoque,  insulte,  menace,  et  brutalise  systématiquement  ceux  qui  portent  un  gilet jaune.  C’est  lui  qui  m’a  insulté  le  05  novembre  en  me traitant  de petit con,  c’est  lui  qui  faisait  des doigts  d’honneur  et  autres  cris  d’oiseaux  le  17… ainsi  que  les  nombreuses  autres  fois,   à  l’encontre  d’autres  personnes. Le 20  fut donc  une simple répétition générale.

Et  je  n’ai  fait  que  mon  devoir  de citoyen,  en  alertant  sa  hiérarchie  sur  son  comportement  inadmissible,  en  citant  des  faits  précis.  Mon  devoir  de  citoyen,  en  demandant  officiellement  que  ce  Policier  soit  retiré  de  toutes  les  opérations  de maintien  de l’ordre,  en  raison  de sa  dangerosité  à  créer systématiquement des  incidents.  J’ai  fait mon  devoir  de  citoyen  enfin,   en  portant  plainte  contre  lui.

Et  si  c’est  à  recommencer,  je  recommencerai.

                                  *    *    *

5)  « Outrage », et « Dénonciation calomnieuse »     –    (faits  commis le 02 décembre 2019 à Nîmes)  :

Oui,   le  02  décembre,  le  Brigadier  Frédéric  Villard  était  bien  ivre,  en  service  dans  le Commissariat  de Nîmes,  lorsque  j’ai  eu  affaire  à lui.

Oui,  ce  Policier  m’a  menacé.

Je  me  rappelle  très  bien,  lorsqu’il  est  venu  dans  les  locaux  de la  garde à vue,  pour  me  signifier  que  celle-ci  était  terminée,  et  pour  me  raccompagner  vers  la  sortie.

Son  haleine  empestait  une  très  forte  odeur  d’alcool,  dès  qu’il  m’a  adressé  la  parole,  bien  que  j’ étais    à une certaine  distance  de lui.   Son  élocution  était  difficile,  et  sa  voix  était  pâteuse.  Son  regard  était  glauque,  ses  yeux  très  rouges.  Il  m’a  d’abord  tenu  des  propos  assez  incohérents,  puis  voyant  que  je  ne  réagissais  pas  à  ses  provocations  il  m’a  dit  textuellement  :

« Si  c’était  dans  un  autre  Commissariat,  ça  se  passerait  autrement ! »  joignant  à  ses  paroles  un  geste  très menaçant,  à  savoir  le  poing  fermé  qu’il  agitait.  Il  a  également  ajouté  que  « Si  ça  ne dépendait  que  de  moi,  avec quelques  collègues,  on  aurait  vite  réglé  ça »,   le  même geste  accompagnait  ses  phrases.

J’ai  évité  toute  discussion  avec  ce  policier  en  civil,  et  armé  d’un  révolver,   dont  l’état  d’ébriété   avancée  était  sans  équivoque.    Je  signale  au  passage  que  les  deux  préposés  au  vestiaire  du  local  de la  garde à vue  étaient  médusés.  Il  est  d’ailleurs  surprenant  que  leurs  témoignages  sur  ce premier  incident  avec  Monsieur  Villard  n’est  pas  été  consigné  par  écrit   ni  mis  dans  le  dossier.

Ensuite,  les  formalités  de  restitution  de mes  affaires  ayant  été  accomplies,  j’ai  dû  suivre  cet  OPJ  ivre,  jusqu’à  la  sortie  du  Commissariat.  Nous  avons  traversé  un  long  couloir,  Monsieur  Villard  titubait  à  tel  point  que  j’ai  dû  le  soutenir  à  plusieurs  reprises  pour  qu’il ne  s’écroule  pas  à  terre.  Nous  étions  seuls  à  avancer  dans  ce  corridor  mal  éclairé,  le  Policier  marchait  difficilement,  mais  gardait  constamment  la  main  sur  son  révolver.  Ce  qui,  vu  son état  lamentable,  était  très  peu rassurant.  Je  dirais  même,  très  angoissant.

Nous  sommes  enfin  arrivés dans  le  hall,  où  une  cinquantaine  de  personnes  du Comité  de Soutien  m’attendaient.  Je  les  ai  immédiatement  pris  à témoin,  pour  leur  faire  constater  l’état  calamiteux  d’ivresse  dans  lequel  se  trouvait ce  Brigadier.

 Je  n’invente  rien,   je  l’ai  écrit  en  temps  réel  sur  le  registre  de  la  GAV.  Et  tout  le  monde  a  vu,  comme  l’indiquent  les  nombreux  témoignages  des  gens  présents,  que  je  vais  lire  maintenant :

                                           LECTURE    DES    TÉMOIGNAGES.

J’ai  pris  également  à  témoin  tous  les Policiers  présents  dans  le  hall  du  Commissariat,  notamment un  gradé.   D’ailleurs,    aucun  d’entre  eux  n’ a nié  par  la  suite  l’état  dans  lequel  se  trouvait  Monsieur  Villard.  Aucun  n’a  rédigé  un  témoignage  pour  affirmer  que  leur  collègue  n’était  pas  fortement  alcoolisé.  Il  est  également  surprenant  qu’aucun  PV,   aucune  note  officielle  ne  retrace  cet  événement,  qui  s’est    tout  de même  produit  à  l’intérieur  d’un  Hôtel  de Police.   Et  rien  ne figure  non  plus,   à ce  sujet,  dans  le  dossier  pénal.

Ajoutons,  seulement,  que  si  cet  OPJ  avait  été  à jeun, ses  collègues  se  seraient  indignés  immédiatement  de  mes allégations.  Lui-même  aussi  aurait  adopté  un  comportement  différent.  Car  en  pareille  situation,  celui  d’ une  personne  normale   consiste  à  s’adresser  à  la  foule  sereinement,  et  à répondre  aux  questions  pour prouver  qu’il  s’agit  d’une  calomnie.

Le  problème,  c’est  que  Frédéric  Villard   en  était bien  incapable,  ce  soir- là.

Je  constate  surtout  qu’aucun  alcooltest   n’ a  été  effectué.  C’est  pourtant une  obligation  que  prévoit  le  Code de la  Fonction  Publique  en  cas  de  simple  présomption  de  consommation  abusive  d’alcool  au  travail.  Mais  peut-être  ce  test  a-t-il eu  lieu,  et  les  résultats  ont  été  gardés  secrets.

Si  « Outrage »  il  y  a,  c’est  le  citoyen  lambda  que  je suis  qui en  a  été  victime.  Car  c’est  effectivement  un  outrage  que  d’avoir  été  mis  sous  l’autorité  d’un  policier  ivre.   Et,  c’est  non  seulement  un  outrage,  mais  un  crime  que d’avoir  laisser  ma personne,   risquer  sa  vie  (et  je  pèse  mes  mots),  en  étant  confié  seul,  à  un  OPJ  armé,   saoul.   Car,   il  gardait  constamment  sa  main  tremblante,   posée  sur  le  révolver.

Ce  que  je  tiens  à  ajouter  enfin,  c’est  que  lorsque  j’ai  été  auditionné  sur  cet  incident ,  aucun  des  enquêteurs n’a  remis  en  cause le  fait  que  ce  Brigadier  était  très  alcoolisé,  en  service,   ce  soir – là.    Ils  m’ont  simplement  reproché  d’avoir  fait  beaucoup  de bruit  à ce  sujet,   plutôt  que d’être allé  me  confier  discrètement,  à  la  hiérarchie  de  ce  fonctionnaire.

Alors  là,  autant  sourire,  quand  on  voit  l’absence  de  suite  donnée aux  nombreux  signalements  que  j’ai  rédigé  par  rapport  au  Gardien  de la Paix   Desbands   (affaire  précédente).   Autant  sourire aussi,   quand  on  sait  qu’il  a  fallu  que  le  journal   Le Canard enchaîné  s’en  mêle,   pour  que des  mesures  soient  prises,  contre   les  vols  d’argents  et  d’objets  personnels,  commis  dans  les  locaux  du  Commissariat  de Nîmes,  par  des  policiers,   sur  les  personnes  arrêtées.    Pourtant   nombre  d’entre  elles  avaient  porté  plainte.

Mais  on  sait  maintenant  que  le  Parquet  de Nîmes  classe  systématiquement  sans  suite  toutes   les  plaintes,    dès  lors  qu’elles  mettent  en  cause  la  Police.

                                  *    *    *

6) « Port d’arme de catégorie D » (faits commis le 02 décembre 2019 à Nîmes) » :

Cette  accusation  est  purement  ridicule,  car  contrairement  à  ce  qui est  écrit,  je  n’ai  jamais  porté  d’arme  en  entrant  dans  une  gendarmerie,  ce  qui laisse  supposer  que  ce  serait  les  militaires qui  m’auraient  arrêté.   Non,  c’est  au  contraire  en  sortant  de la  gendarmerie  de Bernis  que  j’ai  été  interpellé  par  dix  policiers  de la  B. A. C.  en  civil.

Ils  ont  trouvé  en  fouillant  mon  sac,  non  pas  « une   arme »,  mais  des outils  de  travail,   dont  un  canif  d’électricien  servant  à  dénuder  les  câbles,   à  savoir  servant  à  retirer  l’enrobage  d’isolation  plastique qui  recouvre  le  cuivre.

Comme  beaucoup  d’ouvriers,  ou  comme  beaucoup  de  bricoleurs,   j’ai  toujours  sur  moi  du  matériel  de travail  de  première  intervention  tel  que  tournevis,  pinces,  clé  à  molette,  testeur  d’intensité  du  courant,  burin,  marteau,  scies,  équerre,  fil  à plomb,   etc.

Il  se  trouve  que  je  suis  électricien  de  métier,  diplômé  d’un  CAP  de maintenance  industrielle  sur  équipements  électriques  et   sur automatisme.  À  ce  titre,  utilisant  mes  compétences  professionnelles,  il  m’arrive  fréquemment   de  dépanner  gratuitement  des  gens,  de  réparer  des  appareils  abîmés,  et  de  remettre  en  service  des  installations  défectueuses.

Le  02  décembre,  par  exemple,  j’avais  le  matin  réparé  un  « va-et-vient »,  avant  de me  rendre  à la  gendarmerie  de  Bernis,  et  je  portais  en  bandoulière  une  sacoche  contenant  une  partie  de mes  outils.

Lorsque  je  suis  sorti ,   après  avoir  déposé  une  plainte,  alors  que  je  marchais  tranquillement  sur  un  trottoir  de  ce  village,  une  voiture  de  la  BAC  m’a  plaqué  contre  un  mur  et  cinq  policiers  en  civil  en  sont  sortis  révolver  à la  main,  à  la  manière d’un  mauvais  film  de  gangsters.

Menotté,  j’ai  été  embarqué  dans  le  véhicule,  et  c’est  sirènes  hurlantes,  à 160 km à  l’heure  sur  la  nationale  113  et  sur  le  périphérique,  que  j’ai  été  amené  au  Commissariat  de Nîmes,  escorté  par  deux  autres  voitures  de police,  et  par  quatre  motards.

Pour  en  revenir  au  dénudeur  de  câble  (et  non  « arme  blanche »),  précisons  pour  les  profanes  que  plus  de  100 000  électriciens  en  France  possèdent  exactement  le  même.  J’invite  donc  la  BAC  à se  rendre  sur  les chantiers… histoire  de  « faire  du  chiffre »  et  de  se  faire  du  fric  par  les  amendes.

Notons  également  que  tous  les  jours,  en  France,  des  centaines  de  milliers  de  clients  font  leurs  courses  dans  des magasins  de  bricolage.  Parmi  eux,  certains  achètent  le  même  ustensile,  et  sortent  avec  sur  le  parking.   « Vite,  messieurs  de  la  BAC   : allez vous  positionner  au  niveau  des  caisses,   il y a  du  bizness  à  se  faire ! ».   Le  mieux  encore,  c’est  de  suivre  tous  ces  clients  extrêmement  dangereux,  et  de  les  interpeller  de  façon  spectaculaire,  en  pleine  rue,  histoire  d’entretenir  un  bon  climat  sécuritaire.

Il  n’y  a  donc  pas  eu  de  « port  d’arme  blanche ».  Mais  il  y a  par  contre une mauvaise  foi  crasse.   Que  dis-je une très  mauvaise  foi  des  policiers  qui  de  toutes  évidences  cherchaient  le  moindre  prétexte  pour   me  monter un  dossier.

Je  terminerais  justement  mes  observations  sur  le  prétendu  port  d’arme,  en  disant que  ce  grief,  à  lui  tout  seul,   résume  la  façon  dont a  été  construit  le  dossier  judiciaire  que  nous  traitons  aujourd’hui.

Ce  prétendu  « Port  d’arme  blanche»  démontre   également,  à  lui  tout  seul,   que  l’ensemble  des  autres  éléments  de  ce  procès   constituent   une  cabale  policièro-judiciaire.  Et  seuls   de  faux  naïfs,  ou  de  vrais  hypocrites  peuvent  faire  croire  qu’ils  prennent au sérieux   de  telles  fadaises.  

  NON  !       

  On  est  en  présence  d’ un  procès  politique,  rien  d’autre    :    Bas  les  masques !